dernière bataille 1918

Il est absolument enthousiasmé et très optimiste. Dans ces conditions, comment voulez-vous que nous traversions la Meuse faisant ici plus de 70 mètres de large ! Publié : 07 Juil 2009 0:03 . Ces forces étaient composées de cinq régiments représentant au total douze bataillons, chaque régiment disposant de quarante-huit mitrailleuses dont trente-six lourdes et douze légères, appuyés par une solide artillerie en arrière du dispositif. Nouvion et la gare de triage de Lumes où se trouvaient rassemblés 1 200 wagons de marchandises destinés à l’Allemagne, étaient solidement défendus par le 357e régiment d’infanterie. J’ai réorganisé mon front. Dans l’historique du régiment des fusiliers de la garde, le récit de la journée du 11 novembre se termine en effet ainsi : « Après midi, nouvelle de la révolution au pays, de l’abdication de SM l’Empereur, et de l’armistice. La 163e DI – et plus particulièrement le 415e RI – étaient donc seuls pour lutter contre les régiments allemands au nord de la Meuse. Il convient par ailleurs de rendre hommage au courage du chef de bataillon commandant le 415e RI au cours de la journée du 10 novembre : en traversant la Meuse dans l’après-midi pour aller inspecter ses bataillons et surtout relever les positions des premières lignes, il a permis à l’artillerie divisionnaire de fournir des appuis efficaces qui ont évité au 415e RI d’être rejeté dans la Meuse. On ne fraternisera pas avec l’ennemi ». Pendant la nuit, ce fut d’après le sous-lieutenant Rémi Frouté « un vacarme effroyable, assourdissant, une véritable démence de fer et d’acier… ». Vivez sur le jeu Battlefield 1 le conflit armé qui dévasta l'Europe durant le deuxième décennie du XXe siècle grâce à ses doses d'action et de réalisme. Il fallait bien qu’il y eût un dernier tué, mais – surtout - ne pas être celui-là : « Je vis, c’est merveilleux ! », « Nous avons eu une sacrée veine », « Tu te rends compte, on n’est pas mort ! », « Croyez-vous que l’opération de forcer le passage de la Meuse s’imposait alors que les pourparlers d’armistice se déroulaient à l’état-major du maréchal Foch ? », « (…) revoir Paname et troquer le casque pour le melon », « C’est la fin de notre jeunesse », etc. La Marseillaise monte dans le lointain. 43Dans son discours, le général Gouraud mit l’accent sur le bilan de cette campagne de France depuis le mois de juillet 1918 et sur le rôle déterminant de la 163e DI dans cette ultime opération sur la Meuse : « Il était nécessaire, à l’heure où discutaient les plénipotentiaires allemands qui essayaient de se dérober à la volonté du maréchal Foch, il était essentiel que les armées gardent leur volonté d’offensive et maintiennent le haut commandement allemand dans la peur. 2  La IVe armée du général Gouraud était composée de trois corps d’armée : le 9e CA, le 11e CA et le 14e CA commandé par le général Marjoulet. Mais avec quels moyens ? Il s’agissait aussi de montrer, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, « tout ce qu’on peut oser avec une troupe vaillante et manœuvrière même peu de temps avant que cesse la guerre implacable qu’elle menait depuis plus de quatre ans ». Il félicite les hommes, les officiers et passe sur une grande partie du front car mon régiment n’a pas bougé et garde la place. Il prescrivait notamment aux corps d’armée « (…) de surveiller l’activité de l’ennemi afin de profiter de toute occasion favorable pour franchir la rivière et s’établir solidement sur la rive droite, en se bornant à poursuivre l’ennemi, le cas échéant par des éléments légers (…) et de hâter le rétablissement des communications et la poussée en avant des moyens nécessaires à l’exécution du passage de vive force (…)» et au 14e CA de « se tenir prêt à passer la rivière et à occuper les hauteurs au sud-est de Lumes, dès que l’avance du 11e CA le lui permettra ». Actuellement la 10e compagnie (lieutenant Meynier) est en cours de passage, dans le plus grand silence, au nord du barrage, en vue de couvrir le passage du reste du bataillon. Heureux ceux qui étaient tombés plein de foi dans la grandeur de la Patrie et qui ne vécurent pas là le plus noir de tous les jours ! Il importe d’entretenir et de précipiter nos actions. Le soldat de 1re classe Augustin Trébuchon 5, estafette de la 9e compagnie, titulaire de la Croix de guerre, tué à 10 heures 50 d’une balle dans la tête alors qu’il était porteur d’un dernier message pour son capitaine, a été le dernier mort de la Première Guerre mondiale dans le secteur. Après un vif combat, nous avons rejeté l’ennemi et nous sommes maintenus sur la rive Nord. » Ce communiqué officiel diffusé à la presse du monde entier le 11 novembre à 2 heures du matin reflétait bien les combats en cours du 415e RI contre les unités de la garde. Cambrai 1918 A tank leads the infantry into action and breaks down the wire entanglements (1917) - India Office Official Record of the Great War (1921) - BL Photo 21-153.jpg 1,925 × 1,466; 972 KB Battle of Cambrai 1918 … 28Le message du maréchal Foch annonçant la fin de la guerre fut transmis par télégraphe aux commandants en chef des différentes armées alliées le 11 novembre à 5 heures 15 : «  Les hostilités sont arrêtées sur tout le front, à partir du 11 novembre, 11 heures (heure française). How did this Vrigne-Meuse operation, that led to the deaths of another hundred French soldiers, mostly from the 415th Infantry Regiment led by Major Charles de Menditte, unfold? Les autres régiments, engagés sur Flize et Nouvion, n’ont d’ailleurs pas fait preuve de la même agressivité que le 415e RI qui s’est retrouvé dans une position d’autant plus difficile. Je le suis moins que lui car je sais bien que le Boche ne va pas nous laisser aborder et conquérir la rive droite sans protester. S’emparer de gages territoriaux en Allemagne ? 8Mais dans les états-majors, on préparait déjà les prochaines opérations à mener au-delà de la Meuse. Aurait-il pris aussi conscience de l’optimisme des derniers communiqués officiels transmis par le commandement ? Il avait reçu l’ordre dans la nuit du 12 au 13 de quitter Dom-le-Mesnil dès le lendemain à 7 heures du matin. Le général Erich von Falkenhayn, chef d'état-major général, a progressivement renforcé les IVe et VIe armées allemandes autour de la ville d'Ypres, tenue par les Britanniques, afin de pouvoir gagner les ports de Calais et Boulogne. Après les durs et violents combats de la veille, il était bien difficile d’imaginer que la guerre pouvait finir comme par miracle. « Le 142e RI devait passer [la Meuse] à Nouvion mais il ne peut déboucher et tout l’effort allemand se porte sur mon pauvre régiment. Les Allemands ont tout emporté (…) enfin, vos hommes se sèchent et se reposent. Il faut frapper son moral par un acte d’audace. Le commandant de Menditte relata ainsi ces événements de la nuit: « Il fait une brume intense et un froid de chien, mais mes pionniers aidés par le Génie (…) ont mis deux planches sur la porte de l’écluse et ont aligné sur l’armature du barrage des planches mises bout à bout. Ma source c'est "Le 11 novembre 1918" de Patrick de Gmeline. Mes compagnies sont en liaison les unes avec les autres, mes hommes ont mangé chaud et je les ai ravitaillés en cartouches. Je me demandais si le commandement n'était pas soucieux de ne pas "démobiliser" moralement les troupes prématurément. Les combats les plus durs furent menés par la compagnie Bernard (9e cie) lors de la prise de l’usine de phosphate, la compagnie Meynier (10e cie) vers le Signal de l’Épine et la côte 249, et la compagnie Coupeau (6e cie) pour contenir les Allemands dans Nouvion. 5  Augustin Trébuchon, matricule 13002, recrutement de Mende, était né le 30 mai 1878 à Montchabrier, commune de Malzieu-Forain en Lozère. Tout le secteur de Nouvion à Vrigne-Meuse fut alors violemment attaqué, obligeant les compagnies du 415e RI à se replier et à se retrancher derrière la voie ferrée pour éviter d’être isolées et massacrées. 10 heures 57 : la mitrailleuse tire encore. Les PC et les liaisons téléphoniques étaient en place. 1Début novembre 1918, le rapport de force était en faveur des armées alliées et la fin de la guerre était proche : la Bulgarie et lAutriche avaient capitulé et le 2 octobre, Ludendorff avait déclaré au gouvernement allemand que larmée était à bout de force et quun armistice simposait. Je fais passer la bonne nouvelle au régiment et on attend ! Deux nouveaux corps – ceux des soldats Trébuchon et Coste, les derniers « morts pour l’Armistice » – furent retrouvés le 13 novembre en fin de matinée et transportés par les villageois jusqu’à l’église de Vrigne-Meuse. 6  Certains poilus confondaient « armistice » et « amnistie » ! Au front, les clairons des soldats sonnent le cessez-le-feu. La situation était d’autant plus précaire que l’artillerie n’était pas en mesure de fournir un appui efficace en raison de sa méconnaissance de la position exacte des unités ayant traversé la Meuse et de l’impossibilité de tirer sur les villages où vivait la population. Les trois bataillons du 415e régiment d’infanterie, soit 700 hommes, se retrouvaient donc en infériorité numérique pour affronter les forces allemandes qui feraient tout pour les détruire où les rejeter dans la rivière. Dernière visite : sam. Le kaiser abdique le 9 et Ebert finit par obtenir que la délégation allemande qui "négocie" depuis le 8 à Rethondes accepte les exigences alliées. Découvrez les bonnes réponses, synonymes et autres mots utiles Je fais venir Henry, mon dévoué petit artilleur. Généralement sans succès. 1918 : la fin de la Première Guerre mondiale ? La composition de la 163e division d’infanterie était alors la suivante : l’état-major était dirigé par le lieutenant-colonel Loiseau. 4Depuis la traversée de l’Aisne, débordée, sur les passerelles installées par le génie divisionnaire, les trois régiments d’infanterie de la division se battaient dans des conditions difficiles : « Le pont sur le ruisseau de Chagny est sauté, les Allemands ont fait un barrage pour inonder la vallée, mais sur les débris du pont, mes pionniers ont établi une passerelle et nous faisons passer les chevaux à gué avec de l’eau jusqu’au cou. 34En principe, le 415e régiment d’infanterie devait rester dans la région de Dom-le-Mesnil pendant quatre jours. Le régiment avait rempli la première partie de sa mission et le commandant de Menditte pouvait confirmer ses ordres donnés oralement, et rendre compte de la situation à la division. Philippe de Commines: Inscription : 13 Mars 2010 19:44 Message(s) : 1858 Lien Fauveau en détail : Que s’est-il passé dans le secteur des autres divisions entre le 8 et le 11 novembre 1918 ? Bataille des Dardanelles . Vers 6 heures 30 circule le bruit de l’armistice. AccueilNuméros251DossierLe dernier combat : Vrigne-Meuse,... Alors que les pourparlers d’armistice se déroulaient à Rethondes entre le maréchal Foch et les plénipotentiaires allemands, la 163e division commandée par le général Boichut reçut l’ordre de franchir la Meuse « coûte que coûte » le soir du 9 novembre 1918 dans la région de Dom-le-Mesnil et de Vrigne-Meuse. La tête de pont alliée a pour effet de couper la ligne de chemin de fer dite de l'artère Nord … Les compagnies du 415e RI profitèrent aussi de cette accalmie relative pour se regrouper et remettre de l’ordre dans le dispositif qui avait été malmené par les attaques allemandes. Dans son PC de Dom-le-Mesnil, le commandant de Menditte en liaison téléphonique avec ses bataillons, assisté des deux chefs de groupe du 244e régiment d’artillerie mis à la disposition du 415e RI et qui assuraient le déclenchement des tirs des batteries, n’avait sans doute pas pris beaucoup de repos. Il n’y aurait donc toujours pas d’appui d’artillerie sur la rive droite de la Meuse le 11 novembre au lever du jour, ni de renforcement en unités d’infanterie. À 8 heures 30, l’avis est officiel. Par ces combats meurtriers de l’après-midi, la 10e compagnie du lieutenant Meynier fut réduite à une trentaine d’hommes mais les Allemands aussi eurent des pertes très sévères. Dès le 4 octobre 1918, le prince Max de Bade avait télégraphié à Thomas W. Wilson, président des États-Unis, pour lui demander de convoquer les belligérants « pour des négociations de paix sur la base des quatorze points, en même temps que pour la conclusion immédiate d’un armistice ». Un dernier affrontement a lieu le 3 juin a Loon Lake. Messieurs, c’est simple. Shop with confidence. Elle déborde, elle roule, elle est en furie. Pour des raisons difficilement compréhensibles, le régiment n’eut même pas la possibilité d’assister à cette cérémonie. Et si le colonel Grasset a jugé utile de faire état de cet épisode de la Grande Guerre qui servit, à cette époque, de thème de réflexion aux officiers en formation, c’était d’abord pour montrer sur le plan tactique et technique, comment une unité d’infanterie dépourvue de moyens, avait réussi le franchissement d’un cours d’eau important en présence de l’ennemi. Ne devait-on pas profiter des circonstances favorables aux armées alliées pour traverser le Rhin et exploiter cet avantage en direction de Berlin ?

Texte Hommage Chien, Filet De Porc Sachet Soupe à L'oignon, Didier Barbelivien Et Anaïs, Nouilles Sautées Au Boeuf Marmiton, Kiwi Issai Plantation, Pnl Concert Fnac, La Petite Espérance Poème, Agence Royal Air Maroc Orly,